Du sadisme au marxisme : itinéraire d’une conversion.

Le segment « Achat d’un esclave », issue de « Pétrole » de Pasolini, est mis en scène par Frédéric Dussenne à l’occasion des vingt ans de sa compagnie. Rencontre.

Pour le vingtième anniversaire de sa compagnie « L’Acteur et l’Écrit », Frédéric Dussenne s’offre et nous offre un « objet de théâtre » qui est comme un « autoportrait » en abîme de toute son œuvre. Hommage à l’Écrit via un de ses maîtres, Pier Paolo Pasolini, chrétien, marxiste et homosexuel dont il a déjà monté deux œuvres, « Bête de style »  et « Affabulazione ». Cadeau à un jeune Acteur, Adrien Drumel, un de ses élèves, aux allures de jeune Christ. Avec Frédéric, muet mais inclus physiquement dans la mise en scène. Dans un lieu intime, son lieu de répétition, à un moment crépusculaire, la tombée du jour. Proximité totale des 14 à 18 spectateurs, admis autour d’une grande table donnant soit sur un paysage urbain soit sur un lieu scénique nu. Ajoutez que l’entrée est « libre », comme un cadeau dans le cadeau d’anniversaire. Continuer la lecture « Du sadisme au marxisme : itinéraire d’une conversion. »

Dramaturges

En 1999, Joseph Danan ouvrait le n°61 d’Alternatives théâtrales « Écrire le théâtre aujourd’hui » avec ce texte. En guise de prélude à la parution du n°131 « Écrire, comment ? » (mars 2017), nous le re-publions aujourd’hui.

On ne le sait que trop, le XXe siècle théâtral est le siècle du metteur en scène… Il ne s’agit pas ici de brandir contre lui l’auteur oublié. Soyons juste, il l’est de moins en moins. Depuis quelque temps il a entamé son retour. Un long retour. Continuer la lecture « Dramaturges »

Une écriture scénique émancipée

À propos d’ « Espæce » d’Aurélien Bory

Plusieurs mois après sa création à l’Opéra d’Avignon, j’ai découvert Espæce d’Aurélien Bory à l’Hippodrome de Douai. Le titre contracté est un mot-valise qui traduit pour la scène, comme l’ensemble du projet, celui de Georges Perec, Espèces d’espaces, ce subtil essai introspectif consacré à la place du sujet, du moi, de l’individu dans les espaces qu’il habite ou qu’il traverse. “Vivre c’est passer d’un espace à l’autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner”, précise le malicieux auteur oulipien de La Vie mode d’emploi et de La Disparition dans les dernières lignes de son avant-propos. Continuer la lecture « Une écriture scénique émancipée »

Au Seuil du mal

Dans « Lus » du Teatro delle Albe, le spectateur vit une transgression inexplicable – un choc pour l’homme éclairé.

Texte publié dans Theater der Zeit, septembre 16

C’est une histoire vraie, venue d’un petit village d’Emilie-Romagne dans l’Italie de la fin du XIXe siècle ; l’histoire de Bêlda, une femme rejetée et moquée, que l’on prend pour une sorcière. Continuer la lecture « Au Seuil du mal »

À l’écoute d’ « Une Chambre en Inde » au Théâtre du Soleil 

Évocation du dernier spectacle d’Ariane Mnouchkine, avec le compositeur Jean-Jacques Lemêtre

Décembre 2016, Cartoucherie de Vincennes. Nous sommes dans Une chambre, en Inde. Pourtant, de cette Inde, nous glissons très rapidement vers le Japon, la Syrie, l’Arabie Saoudite ou encore l’Islande, comme un point d’ancrage aux multiples fenêtres pour dire le monde contemporain et son chaos. A l’issue d’une représentation, Jean-Jacques Lemêtre, fidèle compagnon de route du Théâtre du Soleil depuis 1979, m’accueille dans son atelier pour m’y conter le processus de création et sa démarche musicale.

Continuer la lecture « À l’écoute d’ « Une Chambre en Inde » au Théâtre du Soleil « 

Scènes de femmes polonaises

À l’occasion du portrait consacré à Krystian Lupa dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, l’Institut Adam Mickiewicz propose une exploration du paysage artistique polonais, en s’intéressant au parcours de cinq « Fatherkillers ». Ces tueuses de pères, pour reprendre l’expression de Piotr Gruszczynski dans son livre sur la scène polonaise à la fin du XXe siècle, sont des metteuses en scène et/ou dramaturges qui comptent aujourd’hui en Pologne. Dans le sillon (mais pas dans l’ombre) de quelques pères de théâtre comme Krystian Lupa ou Krzysztof Warlikowski, ces jeunes femmes ont trouvé un langage artistique personnel et original.

Nous vous invitons à les découvrir les 15 et 16 décembre à la Galerie HUS (Paris), à deux pas du Théâtre des Abbesses.

Continuer la lecture « Scènes de femmes polonaises »

Les clameurs oubliées de « Place des héros »

Critique du dernier spectacle mis en scène par Krystian Lupa, actuellement au Festival d’Automne à Paris.

Dans le cadre du portrait Krystian Lupa proposé par le Festival d’Automne à Paris cet automne, le metteur en scène polonais s’empare de la dernière pièce de Thomas Bernhard, Place des héros, pour interroger « ce qui entraîne chez un individu et une communauté d’individus […] le besoin de chercher et de se donner un objet de haine »¹. Un spectacle « bourgeophage » d’une violence acerbe qui révèle des acteurs lituaniens à l’interprétation magistrale. Continuer la lecture « Les clameurs oubliées de « Place des héros » »

Sur la ligne rouge

Notes sur Des Arbres à abattre, mise en scène de Krystian Lupa (texte publié dans le n°128 d’Alternatives théâtrales).

Avec Wyncinka / Des Arbres à abattre, créé en 2014 à Wroclaw et qui a marqué le Festival d’Avignon 2015, Krystian Lupa retrouve l’écriture de Thomas Bernhard : auteur fétiche avec lequel il dialogue régulièrement depuis main- tenant un quart de siècle¹, par la mise en scène de ses pièces de théâtre mais aussi, et peut-être plus encore, par l’adaptation de ses textes romanesques. Continuer la lecture « Sur la ligne rouge »

Un festival de films sur l’art à Bruxelles : le BAFF

À propos du film sur l’Art et du lauréat 2016 du Prix Découverte du BAFF : « Trust in me »

Du 17 au 20 novembre dernier, j’ai été invitée à participer au jury du Brussels Art Film Festival (BAFF), organisé par Sarah Pialeprat (directrice du CFA – Centre du Film sur l’Art) et Adrien Grimmeau (commissaire d’exposition et programmateur du festival pour l’Iselp – Institut supérieur de l’étude du langage plastique) en partenariat avec l’Iselp, la Cinematek et Bozar. Continuer la lecture « Un festival de films sur l’art à Bruxelles : le BAFF »