« Travailler à l’équilibre des récits multiples du monde » (entretien avec Etienne Minoungou)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Etienne Minoungou, acteur, metteur en scène et directeur du festival Les Récréâtrales (Ouagadougou).

Christian Jade : Qu’est-ce que la diversité culturelle pour vous ?

Etienne Minoungou : Pour moi, c’est inviter l’ailleurs dans la construction de nos points de vue. Le monde est venu à nous, Africains, de façon violente et à l’heure actuelle, nous sommes dans l’obligation du dialogue, même s’il y a encore des relations conflictuelles. Il faut donc laisser entrer le monde de l’autre chez soi pour trouver une nouvelle manière de pouvoir être ensemble aujourd’hui. On doit travailler à l’équilibre des récits multiples du monde, on ne peut plus faire autrement : c’est ça la diversité culturelle.

Continuer la lecture « « Travailler à l’équilibre des récits multiples du monde » (entretien avec Etienne Minoungou) »

« Ce qui empêche le théâtre d’avancer, c’est son rapport à une culture ancienne » (entretien avec Pascale Henrot)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Pascale Henrot, directrice de l’ONDA (Office National de Diffusion Artistique, France).

Il faut savoir regarder différemment cette problématique, différemment puisque selon les champs artistiques et les territoires, les situations divergent profondément.

De fait, le théâtre reste très fermé à des metteurs et metteuses en scène, comédiennes et comédiens divers. Mais la danse, le cirque et la musique ont une toute autre histoire. Continuer la lecture « « Ce qui empêche le théâtre d’avancer, c’est son rapport à une culture ancienne » (entretien avec Pascale Henrot) »

La beauté d’Antigone entre Orient et Occident

Bernard Debroux a vu le spectacle d’ouverture du 71e Festival d’Avignon.

La cour d’honneur du Palais des Papes au festival d’Avignon n’aura jamais fini de nous révéler ses mystères et ses potentialités artistiques.

À chaque fois, en y pénétrant, on est saisi d’une émotion différente.

Cette fois, en 2017, le metteur en scène Satoshi Miyagi a choisi de couvrir la vaste cour d’honneur d’une eau sombre. Cette eau, c’est l’Achéron, qui sera l’élément central de sa mise en scène d’Antigone. Frontière entre notre monde et l’au-delà, c’est cet élément liquide qui saisit le spectateur ; des acteurs, tout de blanc vêtus s’y meuvent tout en douceur, en faisant résonner à l’aide de leurs doigts qui glissent sur le pourtour de petites bougies de verre, un son qui se déploie imperceptiblement et qui annonce un étirement du temps qui sera au coeur de la représentation. Continuer la lecture « La beauté d’Antigone entre Orient et Occident »

La mesure de la diversité (entretien avec Karine Gloanec-Maurin)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : Karine Gloanec-Maurin, inspectrice générale des Affaires culturelles, haute fonctionnaire en charge de la  Diversité au Ministère de la Culture et de la Communication (France).

 

Il est d’usage aujourd’hui de critiquer les théâtres publics au motif de leur incapacité à intégrer la diversité culturelle de nos sociétés multiculturelles. Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ?

Karine Gloanec-Maurin : Malgré les valeurs portées par le secteur culturel sur la diversité et la multiculturalité, nous pouvons faire le constat que la société française n’est pas représentée dans toutes ses dimensions, ni sur les plateaux des scènes françaises, ni dans les équipes des théâtres nationaux. Il s’agit peut-être d’une spécificité française qui est à mettre en relation avec l’impossibilité de faire des statistiques ethniques, ce qui ne permet pas d’inclure la diversité en termes chiffrés dans les contrats d’objectifs et de moyens des établissements culturels. Continuer la lecture « La mesure de la diversité (entretien avec Karine Gloanec-Maurin) »

« Connaître l’histoire de cette couleur » (entretien avec Guy Cassiers)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Guy Cassiers, metteur en scène et directeur du Toneelhuis d’Anvers.

Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ? 

Guy Cassiers : Nos villes, grandes ou moins grandes, sont devenues multiculturelles et super-diverses. L’évolution démographique le prouve sans conteste. Les politiques qui veulent encore nous faire croire que nous avons le choix en la matière se moquent de nous et d’eux-mêmes. La diversité est un fait accompli. Nos villes sont devenues des lieux de rencontre, et par là-même des lieux de conflits, au cœur desquels l’histoire et le monde se télescopent. Les villes européennes portent les traces de leur passé colonial, de l’immigration ouvrière et des conflits internationaux que les réfugiés apportent avec eux. Ce mélange produit un nouveau terreau culturel. Toutes ces histoires doivent être racontées, toutes ces voix entendues. Nous sommes devant une importante croisée des chemins : comment les structures artistiques doivent-elles se joindre aux nouvelles énergies culturelles et artistiques dans nos villes et vice versa ? Ceci exige des structures artistiques une autre attitude, une autre disponibilité, un dialogue plus ouvert qu’auparavant, dans une société plus homogène.   Continuer la lecture « « Connaître l’histoire de cette couleur » (entretien avec Guy Cassiers) »

« Élargir la prise de conscience collective » (entretien avec Bernard Foccroulle)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Bernard Foccroulle, directeur du Festival d’Aix-en-Provence.

Il est d’usage aujourd’hui de critiquer les institutions publiques au motif de leur incapacité à intégrer la diversité culturelle de nos sociétés multiculturelles ? Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ? 

Oui, je pense que les institutions culturelles françaises et européennes ont pris du retard par rapport à l’évolution de la diversité de nos villes et de nos populations. Dans le domaine de la musique et de l’opéra, la situation me semble particulièrement alarmante : la plupart des maisons d’opéra européennes accordent une place absolument marginale aux artistes issus de l’immigration et aux cultures non occidentales.    Continuer la lecture « « Élargir la prise de conscience collective » (entretien avec Bernard Foccroulle) »

« On pourrait être surpris » (entretien avec Serge Aimé Coulibaly)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Serge Aimé Coulibaly, dont le spectacle « Kalakuta Republik » est présenté au Festival d’Avignon et en tournée estivale.

Comment définiriez-vous votre travail de création artistique, envisagé à l’aune de la « diversité culturelle » ? Et que revêt selon vous ce terme devenu d’usage courant au sein des institutions culturelles ? 

Dans le cadre de la création artistique, le terme diversité culturelle met plus en lumière le conservatisme des institutions culturelles, la complexe gestion de l’héritage colonial, et la déconnexion qu’il y a entre la réalité des grandes villes belges par exemple (Bruxelles, Anvers, Liège etc.) et la fixation passéiste que les institutions culturelles se font de ces villes. Continuer la lecture « « On pourrait être surpris » (entretien avec Serge Aimé Coulibaly) »

Quand l’espoir s’appelle Esperanza 

À propos d’ « Esperanza » d’Aziz Chouaki, mise en scène d’Hovnatan Avédikian (à voir dès cette semaine dans le Off d’Avignon).

Si les pièces consacrées aux exilés sont de plus en plus nombreuses sur les scènes contemporaines françaises¹, rares sont celles qui, à l’instar d’Esperanza², mise en scène par Hovnatan Avédikian au Théâtre des Halles, sont nées avant ces tragiques mouvements de migration spectaculaires fortement médiatisés. Edward Saïd l’avait déjà analysé, les expériences de l’exil sont un puissant moteur de formes artistiques innovantes³. Pour autant, rares aussi sont les auteurs en France qui, comme Genet jadis ou Chouaki aujourd’hui, s’emparent de ces drames sans tomber dans la bien-pensance ni le pathos.  Continuer la lecture « Quand l’espoir s’appelle Esperanza « 

« Il ne faudrait pas que l’histoire cache le présent d’une autre fracture » (entretien avec Paul Rondin)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Paul Rondin, directeur délégué du Festival d’Avignon.

Alternatives théâtrales : Il est d’usage aujourd’hui de critiquer les théâtres publics au motif de leur incapacité à intégrer la diversité culturelle de nos sociétés multiculturelles. Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ? 

Paul Rondin : Il existe sur les scènes un incontestable défaut de représentation de la société comme elle est aujourd’hui : cosmopolite et pluriculturelle. Nos plateaux ne le sont pas assez. Cela exprimé, il est un peu rapide de montrer du doigt les seuls théâtres publics qui sont le reflet de la société française et de certains pays européens restés très conservateurs en matière de cosmopolitisme. Il n’y a qu’à voir le personnel politique actuel. Continuer la lecture « « Il ne faudrait pas que l’histoire cache le présent d’une autre fracture » (entretien avec Paul Rondin) »

Lettres persanes et scènes d’Iran

C’était le 16 juin dernier à La Bellone : le lancement du #132 d’Alternatives théâtrales.

Leyli Daryoush (dramaturge, chercheuse, autrice et membre du comité de rédaction d’Alternatives théâtrales), Maryam Karroubi (directrice artistique d’Artistan) et Amin Zamani (chercheur, doctorant en Arts du Spectacle à l’Université Libre de Bruxelles) se sont entretenus avec Sylvie Martin-Lahmani (codirectrice de publication d’Alternatives théâtrales) et les spectateurs présents à La Bellone.

Alternatives théâtrales #132 Lettres persanes et scènes d'Iran est disponible dans les bonnes librairies et sur notre site132