The Other Side of the Garden, un jardin sans clef

Après « Above Zero », créé en 2014 et présenté au Théâtre National il y a un an, le metteur en scène syrien Ossama Halal et son collectif reviennent avec « The other side of the garden », inspiré d’un conte d’Andersen.

Une mère, représentée par un masque qu’endossent tour à tour les six comédiens, cherche son fils disparu, dans une quête qui la mène aux confins du monde des vivants. Guidée par son inlassable amour et sa souffrance vive, elle sacrifiera dans ce sombre voyage des morceaux d’elle-même, déterminée à affronter la Mort qui lui a ravi sa raison de vivre. Continuer la lecture « The Other Side of the Garden, un jardin sans clef »

Des pingouins et des hommes

À propos de « Origine », de Silvio Palomo en ce moment à La Balsamine (Bruxelles)

Bienvenue dans un futur proche, sur une banquise de plastique où deux humains, un ours polaire et quatre pingouins se heurtent aux limites du langage et à la tyrannie de la quotidienneté. Première pièce pour grand plateau du jeune metteur en scène bruxellois Silvio Palomo, Origine est un objet scénique singulier, qui distend le temps pour créer une délicieuse étrangeté. Un univers que ne renierait pas Philippe Quesne. Continuer la lecture « Des pingouins et des hommes »

Sylvia

Une réalisation de Fabrice Murgia et d’An Pierlé Quartet.

« … vivre et boire la vie jusqu’à la lie: pourvu, pourvu que je n’arrête pas de penser, et ne me mette pas à subir, par aveuglement, par appréhension! Je veux goûter et célébrer chaque jour, et ne jamais avoir peur d’une expérience douloureuse ; ne jamais m’enfermer dans un noyau de torpeur insensible, garder une attitude critique face à la vie, me poser des questions, et ne jamais choisir la solution de facilité. Apprendre à penser, penser à vivre, vivre pour apprendre – avec une perspicacité, une compréhension et un amour toujours neufs ». Sylvia Plath, Journaux (1950-1962), Gallimard. Continuer la lecture « Sylvia »

Le peuple est un enfant

À propos de « Lutte des classes » d’après Ascanio Celestini, mis en scène par Salomé Crickx et Iacopo Bruno.

Ascanio Celestini continue de faire des émules en Belgique francophone. Cette fois-ci, ce sont deux jeunes acteur et actrice sortis en 2016 du Conservatoire de Mons, Iacopo Bruno et Salomé Crickx, qui s’emparent de ses textes. Continuer la lecture « Le peuple est un enfant »

Bats abat ses cartes

Isabelle Bats est l’une des curiosités les plus singulières du paysage artistique wallono-bruxellois – où l’on érige volontiers la singularité en valeur première.

Cette fille (ou girl) de Charleroi aurait pourtant pu finir comme tant d’autres : sage metteure en scène livrant son honnête travail trois fois par an, ou autrice dramatique un peu didactique. Continuer la lecture « Bats abat ses cartes »

Le théâtre japonais au prisme des notions de « public » et de « privé »

Le caractère « public » du théâtre peut sembler évident aujourd’hui en France, voire en Europe occidentale, dont le paysage théâtral est dominé par le secteur public, même si le théâtre public est sans cesse remis en cause.

Ce n’est pas tout à fait le cas au Japon, où le théâtre n’a presque jamais constitué une « chose publique » ni n’a été pensé en ces termes. Aborder le théâtre japonais à la lumière des notions de « public » et de « privé », permettra de mieux comprendre ce que le théâtre japonais partage avec le théâtre français et en quoi ils se différencient l’un de l’autre. Continuer la lecture « Le théâtre japonais au prisme des notions de « public » et de « privé » »

Sur la ligne rouge

Notes sur « Des Arbres à abattre », mise en scène de Krystian Lupa (texte publié dans le #128 d’Alternatives théâtrales).

Avec Wyncinka / Des Arbres à abattre, créé en 2014 à Wroclaw et qui a marqué le Festival d’Avignon 2015, Krystian Lupa retrouve l’écriture de Thomas Bernhard : auteur fétiche avec lequel il dialogue régulièrement depuis main- tenant un quart de siècle¹, par la mise en scène de ses pièces de théâtre mais aussi, et peut-être plus encore, par l’adaptation de ses textes romanesques. Continuer la lecture « Sur la ligne rouge »

Carnet d’Aix #5: L’Ange de feu – Marius Trelinski

Un opéra expressionniste dans une mise en scène d’une profonde humanité

vendredi 13 juillet 2018

Bernard Foccroulle avait présenté en 2007, à La Monnaie (Bruxelles), cet opéra peu connu de Prokofiev, déjà sous la baguette du chef Kazushi Ono. Il faut des artistes d’exception pour pouvoir porter cette oeuvre complexe dans sa partition comme dans son propos. Continuer la lecture « Carnet d’Aix #5: L’Ange de feu – Marius Trelinski »

Bruissements genrés

À propos de « prononcer fénanoq » de Pierre Fourny et Cécile Proust vu au Festival d’Avignon 2018.

Créé dans le cadre des Sujets à Vif (SACD- Festival d’Avignon 2018), prononcer fénanoq est le fruit de la rencontre corporelle, plastique, politique et poétique entre Cécile Proust et Pierre Fourny. Dans cette proposition en mots, en images et en mouvement, inspirée par les questions de genre qui ont soulevé le Festival d’Avignon cette année, Cécile Proust, danseuse, chorégraphe, autrice et directrice artistique de femmeuses livre avec Pierre Fourny, poète, metteur en scène et codirecteur de ALIS (Association Lieu Image Son) un combat pour la reconnaissance de la place des femmes à la ville comme à la scène. Continuer la lecture « Bruissements genrés »

Carnet d’Aix #4: La flûte enchantée – Simon McBurney

La fusion parfaite entre musique et théâtre

samedi 14 juillet 2018

Pas de festival d’Aix sans un opéra de Mozart… Bernard Foccroulle a eu la bonne idée de réinviter la troupe qui avait créé cette magnifique version lors du festival 2014. Continuer la lecture « Carnet d’Aix #4: La flûte enchantée – Simon McBurney »