Quoi Louvet?

Texte publié en 2001 dans le n°69 d’Alternatives théâtrales

Et bien quand je pense à lui, je vois un homme sur son seuil, une main tendue, on le salue, il salue, Louvet est un homme public, il interpelle, conseille, milite, écoute, c’est un voisin, un ami, un professeur, un écrivain, une figure qu’on ne croise pas en toute mondanité, la mondanité n’a rien à faire avec la fraternité populaire, quand Louvet est là on s’y heurte, il vous secoue, prenez position s’il vous plaît, ne laissez pas filer le réel comme si rien ne pouvait en infléchir le cours, réfléchissez, faites marcher votre cervelle, regardez le monde, regardez et agissez, il joue de la voix, appelle à la rescousse, sa solide carcasse de tribun du peuple vous énerve, vous emballe, vous subjugue, dragueur va!

C’est Bernard Dort qui m’en a parlé le premier lorsque, jeune étudiant, j’avais débarqué dans son cours en Sorbonne (autant dire juste après les guerres napoléoniennes, en tous cas largement au siècle dernier).

« Piemme vous connaissez Louvet, dans le Hainaut, Jean Louvet, c’est de chez vous ça ? Non ? Vous ne connaissez pas, il fait des choses intéressantes ».
Armand Delcampe était revenu à la charge un peu plus tard parlant de Louvet comme si c’était son frère de lait (mettez-les côte à côte vous verrez qu’il y a du vrai là-dedans). Liebens avait fait sonner le nom une fois encore avec À Bientôt Monsieur Lang au théâtre du Parvis. Finalement, c’est par lui, plus tard, que je rencontrerai l’ours en personne, main tendue vers moi sur le seuil de l’Ensemble Théâtral Mobile comme sur le seuil de sa porte, prêt à toutes les joutes dialectiques qu’on voudra. Pour moi, à ce moment-là, il est le premier auteur vivant que je vois, un vivant à qui on peut poser des questions je veux dire. À Nancy, j’avais bien assisté un jour à une conférence d’Adamov (conférence n’est évidemment pas le mot qui convient), l’amphithéâtre était bondé, le festival de théâtre expérimental battait son plein; j’avais vu Adamov, oui, mais de loin, à la façon dont Fabrice à Waterloo voit l’empereur. Avec Louvet tout était différent. Je pouvais faire l’intellectuel, jouer de la complicité de nos deux origines sociales, risquer des analyses de textes, penser sottement, stupidement, que j’en savais plus que lui sur ses pièces, plonger mes pattes dramaturgiques dans la mécanique de son écriture (avec Marc Liebens et Michèle Fabien, puis Philippe Sireuil), croire un temps que nos versions scéniques donnaient à ses pièces l’ultime touche de cohérence qui leur manquait: foutaise, il suffit de lire ses versions et les nôtres pour s’apercevoir que les siennes sont plus riches, qu’il écrivait un théâtre plus large, plus généreux, plus dangereux, plus attrayant que nos (mes) remises en ordre.

Au fond, la situation n’a rien d’exceptionnel, elle traduit le plus classiquement du monde la relation du texte à sa mise en scène, elle redit simplement que là où un auteur existe, le passage à la scène est un facteur de réduction, simultanément. Pour un auteur de théâtre, quelque chose de fondamental naît avec la mise en scène d’une de ses pièces, l’œuvre devient corps, le temps devient chair, les mots trouvent une sensualité nouvelle, mais cette mise en scène, aussi réussie soit-elle, est aussi une manière de tailler du sens dans le sens, de fabriquer à l’œuvre un costume significatif vraisemblable, de faire sonner en premier ce qui sonne clair dans l’époque. Et que dit l’époque, justement ? Que Louvet est un auteur politique, ce qui doit bien être un peu vrai puisque tout le monde le proclame, à commencer par Louvet lui-même, pas mécontent de passer pour autre chose qu’un homme de lettres. C’est entendu, Louvet parle de la classe ouvrière, du prolétariat wallon, des façons d’en être et de ne plus en être, il parle d’aliénation, du devenir-marchandise, de la mémoire et de l’oubli, des trahisons, de la mauvaise conscience des intellectuels, de leur rêve foireux, oui, bon !

phpThumb_generated_thumbnailjpg

Le numéro 69 d'Alternatives théâtrales est consacré à l'oeuvre de Jean Louvet.
Jean-Marie Piemme

Auteur : Jean-Marie Piemme

Auteur, dramaturge. www.jeanmariepiemme.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *