Mathieu Amalric et Barbara Hannigan

La rencontre du théâtre et du cinéma pour filmer magistralement la voix

(c) Mathieu Amalric. DR

À côté de sa brillante carrière d’acteur et de réalisateur de longs métrages au cinéma, Mathieu Amalric mène parallèlement un travail remarquable de courts métrages.
C’est presque au bout du monde nous emmène pour un quart d’heure de bonheur dans l’exploration du mystère de la voix humaine et de son expression troublante.
L’irrésistible Barbara Hannigan (1) offre toute sa grâce, sa douceur et sa puissance à ce cheminement à travers l’univers du souffle et de la vibration.
La caméra scrute sa douleur et sa jouissance dans sa fascinante et lente recherche du son.
La voix et le corps de la diva sont d’une bouleversante beauté, comme un contrepoint aux silhouettes enveloppées qui sont la référence habituelle de l’imaginaire de l’opéra.
Le film débute par la respiration au travail de Barbara Hannigan, la caméra au plus près de son corps et de son souffle qu’elle va chercher au plus profond d’elle même : une magistrale leçon de recherche et de création sans pudeur : une tension aux frontières de la douleur qui se libère dans une expression fascinante et radieuse.
On suit la chanteuse dans ses métamorphoses d’actrice d’exception et le parcours s’achève par une répétition à l’opéra de Paris où Barbara Hannigan, accompagnée au piano par Simon Rattle, interprète le Youkali de Kurt Weill et Roger Fernay dont le texte et la musique semblent avoir été écrites pour cette immense artiste :

« Youkali, c’est le pays de nos désirs
Youkali, c’est le bonheur, c’est le plaisir
Youkali, c’est la terre où l’on quitte tous les soucis
C’est dans notre nuit, comme une éclaircie
L’étoile qu’on suit, c’est Youkali

Mais c’est un rêve, une folie
Il n’y a pas de Youkali »

1. Voir « Written on skin, un chef d’oeuvre de feu et de glace », Alternatives théâtrales n° 115, novembre 2012.

C’est presque au bout du monde, à voir sur youtube ici. On peut la découvrir aussi, accompagnée au piano par Alexandre Tharaud, dans une autre interprétation toute en finesse de Youkali, ici.
Barbara Hannigan est en couverture de L'art vidéo à l'opéra dans l'oeuvre de Krzystof Warlikowski, par Leyli Daryoush et Denis Guéguin, dans le spectacle La Voix humaine.

 
Bernard Debroux

Auteur : Bernard Debroux

Fondateur et membre du comité de rédaction d'Alternatives théâtrales (directeur de publication de 1979 à 2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *