« Connaître l’histoire de cette couleur » (entretien avec Guy Cassiers)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec Guy Cassiers, metteur en scène et directeur du Toneelhuis d’Anvers.

"Le sec et l'humide", mise en scène de Guy Cassiers. Photo Christophe Raynaud de Lage
"Le sec et l'humide", mise en scène de Guy Cassiers. Photo Christophe Raynaud de Lage

Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ? 

Guy Cassiers : Nos villes, grandes ou moins grandes, sont devenues multiculturelles et super-diverses. L’évolution démographique le prouve sans conteste. Les politiques qui veulent encore nous faire croire que nous avons le choix en la matière se moquent de nous et d’eux-mêmes. La diversité est un fait accompli. Nos villes sont devenues des lieux de rencontre, et par là-même des lieux de conflits, au cœur desquels l’histoire et le monde se télescopent. Les villes européennes portent les traces de leur passé colonial, de l’immigration ouvrière et des conflits internationaux que les réfugiés apportent avec eux. Ce mélange produit un nouveau terreau culturel. Toutes ces histoires doivent être racontées, toutes ces voix entendues. Nous sommes devant une importante croisée des chemins : comment les structures artistiques doivent-elles se joindre aux nouvelles énergies culturelles et artistiques dans nos villes et vice versa ? Ceci exige des structures artistiques une autre attitude, une autre disponibilité, un dialogue plus ouvert qu’auparavant, dans une société plus homogène.  

Il semble que le théâtre soit à la traîne d’une tendance à la diversification des artistes sensible en particulier dans la danse ou la musique, et à plus forte raison dans l’audiovisuel, depuis des années ? Pourquoi une telle résistance ou réticence ?

Guy Cassiers : Pour ce qui est de la Flandre, je crois que la spécificité de notre problématique linguistique y a joué un rôle primordial. Une bonne diction du néerlandais a longtemps été une condition sine qua non pour se tenir sur la scène. Bien que l’on entende de plus en plus de flamand sur les planches les dernières années, la norme linguistique néerlandaise a été conservée dans les formations. Pour le théâtre, la langue nationale est fondamentale. Si le théâtre veut se tourner et se laisser nourrir par la diversité, cela aura incontestablement des répercussions sur la langue employée sur la scène. Faut-il avoir recours, et simultanément, à plusieurs langues dans les spectacles ? Et à différentes variantes de la langue nationale ? On voit émerger des expérimentions dans cette direction. La danse, la musique et les arts audiovisuels sont déjà plus ouverts au dialogue avec les artistes d’autres cultures.

Comment sortir d’un système de distribution où les comédiens issus de l’immigration sont le plus souvent relégués à des rôles subalternes, ou pire, à des rôles les conduisant à surjouer les stéréotypes ethniques ou raciaux imposés par la société ?

Guy Cassiers : Quel serait le rôle le plus intéressant pour un acteur d’origine africaine ? Othello ou Hamlet ? Dans le premier cas, c’est une sorte de typecasting : Othello est noir et doit donc être joué par un acteur noir ; dans le second cas, on ne tient aucun compte de la couleur de l’acteur. Peter Brook a fait plusieurs spectacles dans ce genre. Je trouve important que les acteurs de couleur soient mieux représentés, surtout dans des spectacles qui ne traitent pas directement de diversité. J’ai récemment mis en scène De moed om te doden (La force de tuer) de Lars Noren avec une jeune actrice noire. Rien dans le texte n’indique que le personnage soit africain. Il ne réfère jamais à sa couleur ou à son origine. Pourtant sa présence donne à l’histoire une autre dimension. Cela montre bien que nous ne sommes pas à même de regarder la couleur avec neutralité. Ce moment arrivera peut-être, mais pour le moment, la couleur raconte encore une histoire toute personnelle. Il est important de connaître l’histoire de cette couleur. Combien de spectacles de jeunes créateurs avec d’autres antécédents culturels ne parlent-ils pas d’identité, d’oppression, de possibilités d’émancipation. Il me semble capital qu’ils en parlent, et que nous les écoutions.

Le théâtre souffre-t-il d’une forme d’inconscient culturel colonial ? 

Guy Cassiers : Il ne faudrait surtout pas sous-estimer les répercussions inconscientes du colonialisme. Il est d’ailleurs encore très proche de nous dans le temps. Le Congo n’a conquis son indépendance de la Belgique qu’au début des années soixante, voici à peine un demi-siècle. Quant à l’immigration ouvrière en provenance du Maroc et de la Turquie, elle n’a commencé que pendant les années cinquante. Notre histoire coloniale ni notre histoire de l’immigration, n’ont intégré le culturel et l’artistique. Les dernières années, nous sommes confrontés à des réfugiés du Moyen Orient. Tout cela devrait nous persuader plus intimement aujourd’hui que tout est relié. De nombreux conflits internationaux, qu’ils se déroulent au Moyen Orient ou en Afrique, prennent leurs racines dans l’histoire coloniale européenne. Il nous faut prendre conscience de cette relation causale. Comprendre que nous vivons et travaillons dans le même monde. Plus nous y tardons, plus difficile sera le dialogue. Et ce dialogue, il nous faudra l’établir.

(…)

L'intégralité de cet entretien sera disponible prochainement sur notre site.
Le Sec et l'humide, dernière création de Guy Cassiers, d'après le livre de Jonathan Littell, est présenté actuellement au Festival d'Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *