À propos d’OSCaR, projet d’économie circulaire appliqué aux décors d’opéra

Atelier de design thinking, Projet OSCaR, Saint-Étienne, 23 septembre 2021. Photo Cité du design.
Atelier de design thinking, Projet OSCaR, Saint-Étienne, 23 septembre 2021. Photo Cité du design.

Pour en savoir plus sur l’opéra et l’écologie(s), découvrez notre publication d’octobre 2021 !

http://www.alternativestheatrales.be/catalogue/revue/144-145

L’idée initiale d’OSCaR[1] est née fin 2016. Quand on songe à l’accélération opérée par le champ culturel depuis deux ans sur les questions de soutenabilité, cinq années paraissent une éternité. Il nous aura fallu deux ans pour réunir un consortium et concevoir le projet. Pensé comme un projet d’innovation, OSCaR a réuni des profils d’acteurs très divers. Trois opéras, représentés par leurs ateliers de décors : Lyon, Göteborg et Tunis. Et quatre organismes experts : la Cité du design (Saint-Etienne), la Chaire UNESCO sur le changement climatique et l’analyse du cycle de vie (ESCI-UPF, Barcelone), le CIRIDD – Centre international de ressources et d’innovation sur le développement durable (Saint-Étienne), et AdMaS, centre de recherche sur les matériaux et l’ingénierie civile (Brno). Il a été cofinancé par le programme Europe créative de la Commission européenne.

La volonté initiale à l’origine du projet était d’apporter aux équipes techniques des connaissances environnementales fondées sur la science, pour éclairer leurs choix en phase de conception technique des décors. Cette vision très technique, centrée sur les matériaux et les choix constructifs, autrement dit sur l’écoconception, s’est incarnée dans la première phase du projet, pendant laquelle les chercheurs de la Chaire UNESCO ont produit une étude sur les pratiques d’écoconception des décors dans les opéras européens.

Ce n’est que dans la deuxième phase du projet que la question des coopérations a vraiment été posée. Nous avons en effet mobilisé le design thinking[2] pour animer une réflexion collective sur l’évolution des pratiques, et invité d’autres types de parties prenantes à y contribuer, comme des responsables de production et des scénographes. Cette courte expérience, vécue par quelques-uns dont la plupart ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, nous aura fait toucher du doigt la puissance de la méthode du design thinking, et le pouvoir de la coopération.

À tous points de vue OSCaR aura été un processus d’apprentissage, souvent inconfortable, parfois très stimulant, gratifiant en fin de compte, et peut-être inspirant pour ceux qui travaillent déjà ou travailleront demain à rendre les modes de production culturelle plus soutenables. Tout ce que le projet a produit sera publié sur la plate-forme www.economie-circulaire.org au début de 2022. Vous pouvez d’ores et déjà y trouver un des deux articles écrits sur le projet par nos partenaires de la Chaire UNESCO : https://www.economiecirculaire.org/library/h/eco-design-and-resource-efficiency-in-the-opera-sector.html?n=20211202155523

Consultant et formateur, Thierry Leonardi travaille depuis plus de dix ans sur les enjeux de développement durable et de responsabilité sociétale dans le secteur culturel. Pour l’Opéra de Lyon, dont il a été le référent RSE de 2009 à 2015, il a notamment monté et piloté le projet OSCaR (2019-2021).


[1] OSCaR, a project for Opera Sceneries Circularity and Resource efficiency.

[2] Le design thinking est une méthode de gestion de l’innovation initialement élaborée à l’université Stanford aux États-Unis dans les années 1980. Elle déploie un processus de co-créativité centré sur et impliquant l’utilisateur final. Dans le cadre du projet OSCaR, nous avons mis en œuvre la méthodologie en cinq étapes de la méthode : définir, imaginer, synthétiser, prototyper, tester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *