Quartett en tête-à-tête

L’opéra de Luca Francesconi d’après « Quartett » d’Heiner Müller, a été créé en anglais à Milan en 2011, l’œuvre est reprise cette année pour la première fois en allemand au Staatsoper de Berlin, dans une mise en scène de Barbara Wysocka.

Librement adapté des Liaisons dangereuses, Quartett est d’abord un duel entre Merteuil et Valmont, dans une langue aussi précieuse que brutale, où domine la prédation sexuelle non dissimulée. La rhétorique libertine y est pour ainsi dire évidée, et il s’agit souvent moins d’un dialogue que de traits d’un désir narcissique qui s’épuise.

Mais lorsque Valmont « devient » Merteuil, ou lui emprunte plus exactement son corps – et réciproquement – leur métamorphose n’est pas seulement un épisode de théâtre dans le théâtre, ni seulement une revanche sur la domination masculine. Continuant de désirer Merteuil et ses autres proies (Volanges et Tourvel), tout en les jouant lui-même, Valmont en Merteuil ne pourra jamais atteindre que son propre corps, ce qui est la suite logique d’un désir uniquement orienté vers son plaisir, où seule la chair parle à la chair.

Continuer la lecture « Quartett en tête-à-tête »

« Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles » de Joan Yago, crée par la compagnie Le Grand Cerf Bleu au Théâtre Ouvert.

Dernières répétitions dans la salle de la Cité Véron.

S’il est vrai que l’écriture comme la création sur scène préparent l’ouverture d’un après et d’un ailleurs – il s’agit cette fois d’un vrai départ et d’une future arrivée : ce sont les dernières mois de la présence du Théâtre Ouvert dans les locaux occupés depuis 1981 à la Cité Véron (Paris 18e), avant son déménagement avenue Gambetta (Paris 20e). Le théâtre fondé par Lucien et Micheline Attoun a toujours eu pour vocation d’accueillir et de faire découvrir des écritures contemporaines parmi les plus singulières, comme en témoignent les noms dessinés à la craie sur les murs de la salle : Combats de nègres et de chiens de Bernard-Marie Koltès, Bruits de François Bon, Fin d’été à Baccarat de Philippe Minyana, Onysos le furieux de Laurent Gaudé, Les Petites heures d’Eugène Durif, et bien d’autres encore. Mais le théâtre à la coupole cuivrée ne connaîtra pas de « déconfinement » public. Une page se tourne dans le grand livre du Théâtre Ouvert, qui reprendra de plus belle son travail d’exploration avec la nouvelle ouverture prévue en janvier 2021. À ce titre, les répétitions de ces « Brefs entretiens de femmes exceptionnelles » sont fidèles à l’esprit du lieu, en cultivant différentes sortes d’entre-deux.

Entre-deux langues, puisque le texte du dramaturge catalan Joan Yago a été choisi par la directrice Caroline Marcilhac, et proposé à la compagnie Le Grand Cerf Bleu (fondée en 2014) dans le cadre du programme « Fabulamundi », qui soutient la traduction et la circulation de nouvelles écritures entre différents pays d’Europe. Le trait d’union entre les textes contemporains et la scène, tracé par le Théâtre Ouvert dès ses débuts, se double cette fois d’un travail de traduction et d’édition bilingue (à paraître), ce qui est une nouveauté au sein du catalogue qui privilégiait jusque-là l’expression en langue française.

Continuer la lecture « « Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles » de Joan Yago, crée par la compagnie Le Grand Cerf Bleu au Théâtre Ouvert. »

Kopernikus – La musique des sphères (parlantes)

Kopernikus, opéra – rituel de mort de Claude Vivier (1979), mis en scène par Peter Sellars

Kopernikus n’est pas à lui-même son propre centre, l’opéra ressemble à une constellation de personnages. Mais comme pour les constellations, on ne sait plus si l’image est dans les étoiles ou dans notre regard. Continuer la lecture « Kopernikus – La musique des sphères (parlantes) »

« En attendant Stradella », la dramaturgie de Salvatore Sciarrino

Sur l’opéra « Ti vedo, ti sento, mi perdo. In attesa di Stradella »

La musique de Salvatore Sciarrino est souvent minimale, réflexive, questionnant ses propres sources et ses limites, à commencer par le silence. Continuer la lecture « « En attendant Stradella », la dramaturgie de Salvatore Sciarrino »

VxH – La Voix humaine – Roland Auzet, Jean Cocteau, Falk Richter

Dans le cadre du festival de l’IRCAM, Manifeste-2018 (6-30 Juin), le metteur en scène et compositeur Roland Auzet adapte «La Voix humaine» de Cocteau, avec la comédienne Irène Jacob.

« VxH », la voix sans voyelles, celle du son avant le sens. « Allô » ne veut rien dire d’autre, se faire entendre-écouter. Le texte de Cocteau est rythmé par des appels et des silences. Une femme est séparée de son amant par les aléas du téléphone, mais surtout par la rupture qui s’entame. Elle veut sauver la face, ou plutôt la voix, par une parole désinvolte hantée par le désespoir. Continuer la lecture « VxH – La Voix humaine – Roland Auzet, Jean Cocteau, Falk Richter »

The Beggar’s Opera, le chant du slang

William Christie, Robert Carsen et le dramaturge Ian Burton adaptent « L’Opéra du gueux » de John Gay et Johann Christoph Pepusch au Théâtre des Bouffes du Nord, puis en tournée internationale jusqu’en février 2019.

La pièce s’ouvre sur l’image, hélas familière, de vagabonds enveloppés dans des duvets. Ce sont en fait les associés de Peachum, un chef de bande qui camoufle ainsi ses dealers, et entretient toute une armée de voleurs, receleurs et proxénètes, qu’il couvre grâce à ses contacts dans la police et la politique. Continuer la lecture « The Beggar’s Opera, le chant du slang »