Pietro Pizzuti, un traduct-acteur passeur de lumière

Le projet du traducteur,
Un film documentaire réalisé par Gaëlle Courtois produit par Alain Esterzon

Le Projet du traducteur, film de Gaëlle Courtois, 2017.

Pietro Pizzuti, acteur, auteur et metteur en scène belgo-italien, fête cette année ses quarante ans de « scène ». Pierre Mertens, à l’occasion de la remise du Prix Italiques 2016, a écrit de lui : « Pour Pietro, l’autre est toujours fondamental, la rencontre avec celui-ci ».

Peut-être est-ce pour cela qu’il s’est mis aussi à traduire, acte de transmission par excellence de la pensée d’autrui exprimée dans une autre langue. Continuer la lecture « Pietro Pizzuti, un traduct-acteur passeur de lumière »

Rencontre publique: Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ?

Extraits vidéo de la rencontre publique du 25 novembre 2017 au théâtre Varia.

En couverture du #133: «Saïgon» de Caroline Guiela Nguyen, photo Christophe Raynaud de Lage. Design Aline Baudet.

Extraits de la rencontre du 25 novembre 2017 au Théâtre Varia, avec Bernard Foccroulle, Mohamed Ikoubaân, Bwanga Pilipili, Soufian El Boubsi, Manuel Antonio Pereira, Cathy Min Jung, Serge Rangoni, Sylvie Somen, Marco Martiniello, Gaetan Kondzot, Fredo Lubansu. Continuer la lecture « Rencontre publique: Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ? »

Apprendre à perdre, gagner en puissance

Tiré d’un entretien avec Anne-Cécile Vandalem réalisé par Selma Alaoui en mai 2016.

À l’occasion de la nouvelle création d’Anne-Cécile Vandalem, Arctique, au Théâtre National (Bruxelles), nous publions ici un extrait de l’article que Selma Alaoui lui consacrait, paru dans le #129 Scènes de femmes, écrire et créer au féminin. Continuer la lecture « Apprendre à perdre, gagner en puissance »

Comme un aimant

À propos de « It’s going to get worse and worse and worse, my friend» de Lisbeth Gruwez.

Danser l’extase du verbe : voilà à quoi s’attaque Lisbeth Gruwez, chorégraphe et danseuse passée par les compagnies de Wim Vandekeybus et Jan Fabre, dans ce solo d’une puissance rare, aussi rigoureux que frénétique.  Continuer la lecture « Comme un aimant »

Rythm & Blues de Geneviève Ryelandt

Une Médée d’aujourd’hui entre fantasme et réalité

Comédienne, metteure en scène et pédagogue, Geneviève Ryelandt a approfondi tout au long de sa trajectoire professionnelle des techniques de théâtre qui visent par l’improvisation à libérer l’imaginaire des
acteurs (professionnels ou amateurs). On pourrait rapprocher cette démarche de celle expérimentée dans les années 1970 par Alain Knapp et son « théâtre création » dont les principes sont repris dans
Une école de la création théâtrale (Éditions Actes Sud/papiers 1983) : par la haute estime que l’on a des actrices et des acteurs et de leurs capacités créatrices, développer un travail qui fuit les clichés pour
produire un jeu qui tente d’être au plus près de l’expression de la vie intérieure et de la poésie qu’elle dégage. Continuer la lecture « Rythm & Blues de Geneviève Ryelandt »

Mondialité sur les plateaux

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle dans le cadre du #133: entretien avec Hortense Archambault, directrice de la MC 93 à Bobigny, réalisé par Sylvie Martin-Lahmani

S. M-L : Il est d’usage aujourd’hui de critiquer les théâtres publics au motif de leur incapacité à intégrer la diversité culturelle de nos sociétés multiculturelles ? Existe-t-il, selon toi, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ?

H. A. : Une chose est sûre, la diversité des artistes issus de l’immigration ne se retrouve pas sur la plupart des plateaux. Il y a plutôt des scènes « spécialisées », en France on s’intéresse beaucoup à la francophonie. Continuer la lecture « Mondialité sur les plateaux »

Un Ruzzante avec bestiaux

Entretien avec Jacques Lassalle réalisé par Yannic Mancel paru dans le #88 « Les Liaisons singulières », 2006.

YM: Parmi les quelques acteurs que, tout au long de votre carrière de metteur en scène, vous avez retrouvés dans des rôles – je pense à Jean Dautremnay ou Andrzej Seweryn – c’est Olivier Perrier que vous avez choisi pour cet entretien. Pourquoi ? Continuer la lecture « Un Ruzzante avec bestiaux »

La démesure des nano-mondes

À propos de «Cold Blood»
de Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael. Texte de Thomas Gunzig.

Quelques années après Kiss & Cry, la chorégraphe Michèle Anne De Mey et le cinéaste Jaco Van Dormael prolongent avec Cold Blood, présenté pour la première fois à Mons en 2015 (1), leur incursion poético-magique dans un univers mêlant théâtre d’objets, nano-danse et cinéma. Continuer la lecture « La démesure des nano-mondes »

Faire reculer les frontières mentales

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle dans le cadre du #133 : les propos de Denis Mpunga, auteur, acteur et metteur en scène.

La diversité culturelle n’est pas quelque chose qui se trouve en dehors de moi, mais quelque chose que je vis depuis ma tendre enfance, ayant des parents qui ne parlaient pas la même langue. Si la diversité fait partie de mon « génotype » culturel, mon « phénotype » est la recherche d’une certaine universalité dans le langage artistique. Continuer la lecture « Faire reculer les frontières mentales »