Les attentes des stéréotypes du « doudouisme » (entretien avec Chantal Loïal)

Suite de notre série consacrée aux défis de la diversité culturelle (en préambule à la sortie du #133 à l’automne prochain) : entretien avec la chorégrahe Chantal Loïal. Propos recueillis par Sylvie Martin-Lahmani.

Sylvie Martin Lahmani : Comment définiriez-vous votre travail de création artistique, envisagé à l’aune de la « diversité culturelle » ? Et que revêt selon vous ce terme devenu d’usage courant au sein des institutions culturelles ?

Chantal Loïal : Je mène, depuis vingt ans, avec ma compagnie, un travail de fond porté par des choix esthétiques singuliers, mais également une force d’engagement sociétal et citoyen, en résonance sensible avec l’idée forte de « créolisation » qui, selon Edouard Glissant, « n’est pas une simple mécanique du métissage : c’est le métissage qui produit de l’inattendu. » Cette « troisième » voie, celle de la créolisation, entendue comme « identité multiple », ouverte sur le monde et la mise en relation des hommes, des cultures et des imaginaires apporte des réponses réalistes et pragmatiques aux problématiques contemporaines du vivre et de l’agir ensemble. Continuer la lecture « Les attentes des stéréotypes du « doudouisme » (entretien avec Chantal Loïal) »

« Il y a deux siècles, les petits bourgeois étaient culturellement des immigrés » (entretien avec Milo Rau)

Metteur en scène et directeur de théâtre suisse né à Berne il y a 40 ans, sociologue formé en France par Pierre Bourdieu et Tsvetan Todorov, fondateur de l’International Institute of political murder (IIPM, maison de production de théâtre documentaire), auteur et metteur en scène des spectacles « Hate Radio », « Compassion », « Five Easy Pieces » et « Empire », depuis peu à la direction artistique du NT Gent, Milo Rau répond à notre questionnaire sur les défis de la diversité.

Christian Jade : Existe-t-il selon vous un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration sur les scènes européennes ? En particulier en Belgique que vous connaissez bien pour y avoir monté de nombreux projets en lien avec notre période coloniale Hate Radio, Compassion, Five easy pieces. Et que vous venez d’être nommé à la tête du théâtre NTGent.

Milo Rau : Oui, je crois que ce problème existe et il est très visible : il n’y a pas assez de projets ni assez d’artistes issus de l’immigration dans une majorité  de salles de théâtre européen. Il faut donc inviter plus d’artistes issus des minorités culturelles à rejoindre des ensembles, ce que je vais faire à Gand, au NT Gent. Continuer la lecture « « Il y a deux siècles, les petits bourgeois étaient culturellement des immigrés » (entretien avec Milo Rau) »

« Ne pas jouer la question de la diversité contre celle de l’égalité » (entretien avec Maxime Tshibangu)

En prélude à la parution du #133 d’Alternatives théâtrales (« Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ? » à paraître en novembre 2017) et en parallèle à notre enquête menée auprès des directeurs de structure, nous publions également des paroles d’artistes. Entretien réalisé par Lisa Guez.

Comment définiriez-vous votre travail de création artistique, envisagé à l’aune de la « diversité culturelle » ? Et que revêt selon vous ce terme devenu d’usage courant au sein des institutions culturelles ? 

Maxime Tshibangu : Qu’est-ce qu’on appelle « la diversité culturelle » ? Si je prends mon cas personnel, je suis né au Congo, mais j’ai passé toute mon enfance en France et je suis allé à l’école de la République. J’ai tendance à penser que, même si j’ai été élevé par un père africain, il n’y a pas de différence entre vous et moi en ce qui concerne les outils intellectuels acquis pour penser et analyser la société. Si ma présence sur un plateau de théâtre doit être perçue comme l’apparition sur la scène européenne d’un être « culturellement différent », cela veut dire que ce qu’on appelle « la diversité culturelle » est en fait une façon de parler de mon apparence d’homme noir. Est-ce que lorsqu’on emploie l’expression « la diversité culturelle » cela veut dire que, dans ce pays, on n’assume pas de nommer les choses clairement, de parler de couleur de peau ? Je ne crois pas en l’existence de race. Or, si les races n’existent pas, pourquoi ma présence devrait-elle compter différemment sur une scène ?  Continuer la lecture « « Ne pas jouer la question de la diversité contre celle de l’égalité » (entretien avec Maxime Tshibangu) »

« N’attends rien mais agis ! »

En prélude à la parution du #133 d’Alternatives théâtrales (« Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ? » à paraître en novembre 2017) et en parallèle à notre enquête menée auprès des directeurs de structure, nous publions également des paroles d’artistes. Cette semaine : Roda Fawaz.

« Bonjour Roda,

Te voilà comédien professionnel. Toi qui n’avais jamais lu de livre de ta vie, tu passes désormais tes journées à citer Shakespeare, Racine, Molière… Félicitations ! Ce métier est une maladie que tu as maintenant dans la peau. Quoi qu’il arrive, je le sais, tu feras tout pour t’y épanouir.  Continuer la lecture « « N’attends rien mais agis ! » »

Les directeurs de structures face aux défis de la diversité (1)

En prélude à la parution du #133 d’Alternatives théâtrales (« Quelle diversité culturelle sur les scènes européennes ? » à paraître en novembre 2017), nous publions chaque semaine des extraits d’entretiens menés avec des directeurs de structure. Cette semaine : Maria-Carmela Mini, directrice artistique de Latitudes contemporaines (France).

Il est d’usage aujourd’hui de critiquer les théâtres publics au motif de leur incapacité à intégrer la diversité culturelle de nos sociétés multiculturelles. Existe-t-il, selon vous, un problème spécifique d’accès des artistes issus de l’immigration aux scènes européennes ? 
Maria-Carmela Mini : C’est un problème encore plus large que celui de l’accès des seuls artistes issus de l’immigration. D’une manière générale, chacun peut constater qu’il y a une porosité entre les scènes européennes et les médias dominants concernant une soumission relative aux standards physiques et corporels. S’il existe quelques individualités très connues venues de l’immigration, elles sont les exceptions qui confirment la règle. Quant aux corporéités non conformes aux standards dominants, elles sont aussi rares sinon dans des emplois très ciblés : corps obèses, nanisme, en fauteuil, etc…. Nous ne pouvons qu’admirer Romeo Castellucci pour sa capacité à s’aventurer dans une banalisation des corps autres avec une telle force et évidence. Continuer la lecture « Les directeurs de structures face aux défis de la diversité (1) »

Quand le corps dans les airs n’empêche pas… le cul par terre

Nous invitons ici la jeune critique « aSk » à rendre compte du solo circassien « Diktat » de Sandrine Juglair.

Dès le titre, le ton est donné. D’entrée de jeu ça s’excite, ça s’exit, ça va vite, car ça urge de continuer à se rebeller. Appels entrants/sortants, ça se veut bousculant (au propre comme au figuré), mauvais(e) élève, DICtée ratée, pas en rang, ça fonce dans le TAS ! Bref, trublion et carrément punk. Continuer la lecture « Quand le corps dans les airs n’empêche pas… le cul par terre »

Lettre ouverte à Jan Fabre

En février dernier, Jan Fabre a été nommé directeur artistique du Festival d’Athènes pour la période 2016-2019 par le Ministre grec de la Culture, Aristides Baltas (Syriza). Vendredi dernier il en a démissionné. Comment en est-on arrivé à cette situation ubuesque en moins de deux mois ? Matthieu Goeury a eu envie de lui poser quelques questions.

Read the letter in English here

Lees hier de brief in het Nederlands

Mardi passé, Jan Fabre a présenté son plan lors d’une ahurissante conférence de presse à Athènes, où il a annoncé qu’il n’agirait pas en tant que directeur mais plutôt comme curateur, que le nom du Festival deviendrait Athens and Epidaurus International Festival, qu’il ne connaissait rien de la scène artistique grecque, et que, par conséquent, son premier festival serait essentiellement belgo-belge et, surtout, que seul un quota d’artistes grecs aurait accès au programme.

Le monde artistique grec s’est rassemblé le 1er avril au Théâtre Sfendoni et a rédigé une lettre demandant la démission du Ministre de la Culture et déclarant Jan Fabre persona non grata. Le 2 avril, Jan Fabre a quitté ses fonctions par une brève déclaration écrite. Ce qui aurait pu être une mauvaise plaisanterie est devenu un épisode pénible pour la résiliente scène artistique grecque. Jan Fabre lui-même a imputé sa décision de démissionner au « milieu artistique hostile où je suis pourtant arrivé avec un esprit et un coeur ouverts ». La situation est-elle aussi simple que cela ?

Continuer la lecture « Lettre ouverte à Jan Fabre »

Journal d’une dé-génération

Depuis le 17 mars dernier, Stéphane Arcas (plasticien, auteur et metteur en scène) reprend son spectacle « Bleu Bleu » au Théâtre Varia (Bruxelles) et le déclinera bientôt sous forme d’exposition au Printemps de Septembre (Toulouse).
Journal de création, 20 ans après le début de l’écriture du texte. Épisode 4/4.

Ce soir c’est la dernière représentation de Bleu Bleu de cette reprise au Théâtre Varia.

En toile de fond pendant la première semaine de la reprise, il y a eu la fusillade à Forest puis l’arrestation de Salah Abdeslam.

On a même plaisanté et fait une photo comique de Michel Cloup, le musicien du spectacle, le jour de la sortie des deux pages qui lui étaient consacrées dans Libération.

Puis cette dernière semaine a commencé dans le chaos des attentats de l’aéroport de Zaventem et de la station de métro Maelbeek ce 22 Mars.

Continuer la lecture « Journal d’une dé-génération »

Jour de l’attentat

« Accents toniques » est un recueil de notes, la plupart inédites, rédigées depuis 1973 par Jean-Marie Piemme. Extrait 10 : note de 2015.

– JOUR DE L’ATTENTAT. J’étais à Albi le jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, dans une rencontre avec le public. Alors est venue (forcément) la question : que peut l’écriture contre cela ? À quoi j’ai répondu par une phrase de Brecht extraite de son Journal de Travail. Le 16 septembre 1940, à l’issue de la bataille d’Angleterre, alors qu’il est occupé à écrire sa pièce, il note : « Puntila ne me concerne presque en rien, la guerre en tout ; je peux presque tout écrire sur Puntila, rien sur la guerre. Je ne pense pas seulement au « droit » décrire, je pense réellement aussi à la « capacité » d’écrire. Il est intéressant de voir comment la littérature est reléguée en tant que praxis, à une telle distance du centre des événements dont tout dépend. » Continuer la lecture « Jour de l’attentat »

La vérité cachée sur les personnages de Bleu Bleu

… ou l’exercice casse gueule de l’écriture à la première personne du pluriel !
Du 17 au 25 mars, Stéphane Arcas (plasticien, auteur et metteur en scène) reprend son spectacle « Bleu Bleu » au Théâtre Varia (Bruxelles) et le déclinera bientôt sous forme d’exposition au Printemps de Septembre (Toulouse).
Journal de création, 20 ans après le début de l’écriture du texte. Épisode 3/4 par Manuel Pomar, directeur du Lieu Commun (Toulouse), et qui a inspiré l’un des personnages du spectacle.

Depuis 1990, Stéphane Arcas et moi sommes amis, nous nous sommes rencontrés lors de notre entrée aux Beaux-Arts de Toulouse. C’est dans ce lieu que les personnages de Bleu Bleu se sont reconnus. A suivi une période intense, de travail, de fêtes et d’amitié, pendant ce qui furent nos années de formation. Je ne parle pas d’études, nous n’avons pas du tout abordé cette période sous cet angle.

Continuer la lecture « La vérité cachée sur les personnages de Bleu Bleu »